Ipsos : premier trimestre 2018

By , in PR PR World on .

Premier trimestre 2018Un trimestre marqué par l'euro fort
Croissance organique du trimestre : + 2 %
Paris, 26 avril 2018 – Au premier trimestre 2018, le chiffre d'affaires d'Ipsos est de 367 millions d'euros, soit 5,9 % de moins qu'au premier trimestre 2017.En l'absence d'effet de périmètre, ce sont les effets de change qui conduisent à cette évolution. La forte baisse de beaucoup de monnaies telles que l'USD (- 15,5 %), le Yen (- 10 %), mais aussi celles de beaucoup d'économies émergentes y compris le Real Brésilien (- 19,3 %) ou le RMB (- 6,6 %) par comparaison avec l'euro réduit le chiffre d'affaires d'Ipsos de 8 %.À l'inverse, la croissance organique a un effet positif de + 2 % et le passage à IFRS 15 a un impact de + 0,4 %. La progression de la croissance organique est meilleure que durant les trois premiers mois de 2017 (+ 1 %). Elle est moins forte que durant la deuxième partie de 2017 qui avait enregistré des taux de croissance organique supérieurs à 4 %, en partie, ainsi que nous l'avions signalé dès juillet, en raison du comblement de l'écart constaté à mi année 2017 entre un chiffre d'affaires stable et une valeur de contrats vendus en progression.
Dans une certaine mesure, le même phénomène pourrait se produire en 2018. À fin mars, la croissance du chiffre d'affaires (+ 2 %) est inférieure de 100 points de base à la progression des ventes.
Ce phénomène de retard de conversion des ventes en chiffre d'affaires qui se répète donc pour la deuxième année consécutive, est la conséquence d'un changement dans la structure des contrats gagnés et exécutés par Ipsos. Pour résumer, notre place sur le marché, notre capacité de mener des opérations importantes, complexes, multi-pays nous amène à gérer plus de contrats de grande taille dont l'exécution s'étend sur une ou plusieurs années et donc à réduire la vitesse de reconnaissance de chiffre d'affaires qu'ils génèrent. Du coup en 2017 l'activité de la deuxième partie de l'année était apparue plus positive que la première partie de l'exercice. Ce scénario pourrait se reproduire en 2018 à condition, bien sûr, que le volume des ventes nouvelles poursuive sa croissance.Évolution de l'activité par région et par ligne de métierLes évolutions d'activité par zones géographique et lignes de métier telles qu'elles sont enregistrées en début d'année doivent être interprétées avec prudence. Il faut se souvenir que le premier trimestre de l'exercice est le plus petit en termes de chiffre d'affaires reconnu. Il ne pèse que pour 20 % de l'ensemble d'une année. Il fournit donc des indications qui manquent de fiabilité dès que l'activité est regardée au niveau de sous agrégats de taille modeste qu'il s'agisse de régions ou de lignes de métier.
Cette précaution étant faite, il n'en reste pas moins qu'en 2018, l'activité est et restera probablement plus soutenue en Asie-Pacifique que dans le reste du monde. L'écart entre les Amériques et l'Europe, Moyen-Orient et Afrique est, de son côté, susceptible de se réduire.
Au-delà des régions, les pays émergents croissent plus vite que les marchés développés. La différence de performance est de 200 points de base (+ 3 % en organique pour les premiers et 1 % pour les seconds). Elle s'explique, ceci dit pour la première fois, par une évolution très rapide des Nouveaux Services dans les pays émergents.
Ces dix-sept Nouveaux Services déployés à partir de 2015, représentent au premier trimestre 2018
13,9 % du chiffre d'affaires d'Ipsos à comparer à 12 % au premier trimestre 2017. Ils ont progressé de 14 %, soit 27,5 % dans les pays émergents – ce qui est considérable – et 10 % dans les pays développés, ce qui reste évidemment significatif.
Désormais, ils pèsent pour 12,3 % de l'activité totale d'Ipsos dans les marchés émergents et 14,7 % de la même activité dans les pays développés.
Ces chiffres sont satisfaisants, cohérents avec ceux des années précédentes. Ils sont néanmoins insuffisants pour nourrir à eux seuls l'ambition d'Ipsos de retrouver un taux de croissance plus proche du haut de la fourchette (« entre 2 et 5 % ») annoncée en 2015 et confirmée en 2017.
Les performances par ligne de métier sont plus homogènes. À noter toutefois l'excellence de la performance des « études d'opinions et recherche sociale » qui, avec une croissance organique de + 6 % d'un exercice à l'autre, valident les fortes progressions constatées ces dernières années.Impact sur le chiffre d'affaires du passage à la norme IFRS 15IFRS 15 a remplacé, à compter du 1er janvier 2018, les normes IAS 18, Produits des activités ordinaires et IAS 11, Contrats de constructions, et comprend de nouveaux principes de reconnaissance du chiffre d'affaires, notamment au titre du fait générateur de comptabilisation du chiffre d'affaires, de l'identification des obligations de performance, de la prise en compte des revenus variables ou de l'allocation du prix de la transaction pour les contrats à éléments multiples.Globalement, les revenus issus des contrats conclus avec les clients d'Ipsos restent comptabilisés à l'avancement sous IFRS 15, le transfert de contrôle en continu au titre de la prestation effectuée étant généralement démontré. Les méthodes ne reflétant pas le pourcentage d'avancement des études ont été abandonnées dans le cadre d'IFRS 15, au bénéfice de la méthode linéaire, dans la mesure où celle-ci reflète de manière fiable le pourcentage d'avancement.Ipsos a par ailleurs choisi d'appliquer la méthode de transition simplifiée qui consiste à retraiter uniquement les revenus des contrats impactés par le changement de norme et encore en cours au 1er janvier 2018. L'impact de ce changement est comptabilisé dans les capitaux propres consolidés d'ouverture au 1er janvier 2018. L'année 2017 présentée en comparatif n'est donc pas retraitée.Durant toute l'année 2018, pour le calcul de la croissance organique 2018 et pour les besoins d'informations qui devront être données dans les annexes des comptes publiés au titre de l'impact du changement de méthode, les revenus (et autres postes impactés) ont continué d'être suivis, dans le reporting interne du Groupe uniquement, selon l'ancienne norme (IAS 18).Comme annoncé, ce changement de principes comptables n'a pas un impact significatif sur le chiffre d'affaires d'Ipsos en normes IFRS 15. Il est de + 0,4 % sur le premier trimestre 2018 par rapport à l'ancienne méthode IAS 18.Autres éléments descriptifs des conditions d'exercice de l'activité au premier trimestreLa profitabilité est en ligne avec les objectifs annoncés pour l'ensemble de l'année.Le ratio d'endettement au 31 mars 2018, à 47 %, est en baisse par rapport à celui enregistré au 31 décembre 2017 (53 %). Cette baisse a été rendue possible grâce à une bonne génération d'excédent de trésorerie libre.  PERSPECTIVES 2018Ipsos pratique en 2018 une forme de la méthode dite « en même temps ».
En même temps que les équipes travaillent d'arrache-pied à l'élaboration et à l'implémentation du projet « Total Understanding », elles poursuivent bien sûr tout ce qui permettra à Ipsos d'enregistrer en 2018 des performances convenables.
En même temps, Ipsos travaille sur le redémarrage d'un programme d'acquisitions ciblées là où, acquérir des compétences, des technologies, des savoir-faire transformants et pertinents apparaît plus rapide et plus sûr que de les développer de façon organique.
Ainsi que nous l'avons souligné, le projet « Total Understanding » est un projet de croissance, qui prend en compte l'existence d'un marché robuste mais transformé, global mais aussi régional et local, défini par la data, pas seulement par sa production mais aussi par son usage, porté et incarné par de très grandes entreprises mais aussi par de nombreuses sociétés nouvelles, spécialisées connues pour l'usage systématique, normatif, d'une ou d'un groupe de technologies nouvelles.
L'architecture du projet « Total Understanding » a déjà été présentée. Elle fera l'objet de deux moments de communication supplémentaires. En juillet, à l'occasion de la présentation des résultats du premier semestre, quelques semaines donc après son démarrage opérationnel dont la date est le 1er juillet 2018, puis le 7 novembre au cours de la journée investisseurs qu'Ipsos organisera à Paris.
Ses effets sur la croissance d'Ipsos devraient être limités en 2018, exercice au cours duquel le rythme de développement de la société devrait s'établir comme en 2016/2017, entre 2 et 3 %. Ils seront plus substantiels à partir de l'année prochaine.La marge opérationnelle, de son côté, connaîtra en 2018, là aussi comme en 2017 une progression modeste avant de croître plus vite dès 2019/2020 au fur et à mesure où les effets du projet « Total Understanding » se matérialiseront à travers un surcroit de croissance, un poids plus important des services à haute valeur ajoutée et une relation plus forte avec les entreprises et les institutions, qui auront choisi Ipsos comme leur partenaire privilégié dans une connaissance « holistique » de la Société, des Marchés et des Gens.Prochaine publication : 25 juillet 2018, résultats semestriels 2018GAME CHANGERSIpsos est coté sur Euronext.
La société qui fait partie du SBF 120 et de l'indice Mid-60 est également éligible au SRD.
Code ISIN FR0000073298, Reuters ISOS.PA, Bloomberg IPS:FP
www.ipsos.com
Pièce jointeIpsos – premier trimestre 2018.pdf

%d bloggers like this: