Sanofi : Hausse de 1,4% du BNPA des activités(1) à taux de change constants au premier trimestre 2018

By , in PR PR World on .

Paris, le 27 avril 2018Hausse de 1,4% du BNPA des activités(1) à taux de change constants au premier trimestre 2018 
(1) Le commentaire du compte de résultat net des activités, indicateur non-GAAP, permet de rendre compte de la performance économique de Sanofi (voir définition à l'Annexe 8). Le compte de résultats consolidés du T1 2018 figure à l'Annexe 3. Le passage du résultat net IFRS au résultat net des activités est en Annexe 4 ; (2) Hors plus-value liée à la cession de la Santé Animale, le résultat net IFRS publié a baissé de 19,9% et le BNPA IFRS publié a baissé de 19,8% ; (3) Sauf indication contraire, l'évolution du CA est exprimée à taux de change constants (TCC) (voir définition à l'Annexe 8) ; (4) : PC :Périmetre Constant : Ajusté de l'acquisition de Bioverativ ;
(5) Ajusté de l'acquisition de Bioverativ : +11,2% à TCC/PC ; (6) Voir définition page 7 ; (7) Le BNPA des activités en 2017 était de €5,52 ; (8) Sous réserve du renouvellement de l'autorisation de rachat d'actions lors de l'assemblée général des actionnaires du 2 mai 2018 ; (9)
Sous réserve de la finalisation de l'acquisition ;
(10) Purpura thrombotique thrombocytopénique acquis.
Chiffre d'affaires de Sanofi du premier trimestre 2018Au premier trimestre 2018, le chiffre d'affaires de Sanofi s'est établi à 7 898 millions d'euros, soit un recul de 8,7% à données publiées. Les variations de taux de change ont eu un impact négatif de 8,3 points de pourcentage, résultant essentiellement de l'évolution du dollar américain, du real brésilien, du yuan chinois, du yen japonais et du peso argentin. À TCC, le chiffre d'affaires enregistre un léger recul (-0,4%).Entités commerciales globales (Global Business Units, GBUs)Le tableau ci-dessous présente le chiffre d'affaires des entités commerciales globales (Global Business Units, GBUs). Il est à noter que les ventes de la Médecine de spécialités et du Diabète & Cardiovasculaire réalisées dans les Marchés Émergents sont incluses dans la GBU Médecine Générale & Marchés Émergents. (a) N'inclut pas les Marchés Émergentsvoir définition page 8 ; (b) Inclut les Marchés Émergents pour le Diabète & Cardiovasculaire et la Médecine de SpécialitésLes tableaux ci-dessous présentent le chiffre d'affaires du premier trimestre 2018 par franchise globale, incluant les ventes des Marchés Émergents, afin de faciliter les comparaisons. L'Annexe 1 fournit une réconciliation des ventes par franchise et par GBU.Activité pharmaceutiqueAu premier trimestre, le chiffre d'affaires de l'activité pharmaceutique s'est établi à 5 949 millions d'euros, soit un recul de 0,9% dû essentiellement à la baisse des ventes du Diabète et des Produits de prescription établis.Franchise Maladies Rares(11) Voir en Annexe 8 les définitions des indicateurs financiers.Au premier trimestre, le chiffre d'affaires de la franchise Maladie de Gaucher (Cerezyme® et Cerdelga®) s'est élevé à 211 millions d'euros, soit une hausse de 12,6% sous l'effet de la pénétration croissante de Cerdelga® aux États-Unis et en Europe ainsi que de la poursuite de la croissance de Cerezyme® dans les Marchés Émergents. Au premier trimestre, les ventes de Cerdelga® ont atteint 36 millions d'euros, soit une hausse de 25,8% reflétant la performance de l'Europe (+100%, à 10 millions d'euros).Au premier trimestre, le chiffre d'affaires de Myozyme®/Lumizyme® a atteint 196 millions d'euros, soit une hausse de 11,1% sous l'effet favorable du nombre de nouveaux patients non initialement traités. Sur cette même période, les ventes de Myozyme®/Lumizyme® ont augmenté de 14,6% (à 93 millions d'euros) en Europe et de 10,4% (à 64 millions d'euros) aux États-Unis.Au premier trimestre, le chiffre d'affaires de Fabrazyme® a atteint 170 millions d'euros, soit une progression de 6,8%. Aux États-Unis et en Europe, le chiffre d'affaires du produit a progressé respectivement de 6,5% (à 86 millions d'euros) et de 5,0% (à 42 millions d'euros).Franchise Sclérose en plaquesAu premier trimestre, le chiffre d'affaires de la franchise Sclérose en plaques a progressé de 6,5%, à 476 millions d'euros, soutenu par la croissance d'Aubagio®.Au premier trimestre, le chiffre d'affaires d'Aubagio® a atteint 371 millions d'euros, soit une progression de 11,6% soutenue par les États-Unis (+13,1%, à 254 millions d'euros) et l'Europe (+4,4%, à 95 millions d'euros). En 2017, Sanofi a signé un accord transactionnel avec l'ensemble des 20 premiers fabricants de génériques ayant déposé une demande d'approbation pour Aubagio® garantissant à chacun une licence sans redevance afin d'entrer sur le marché américain le 12 mars 2023.Au premier trimestre, le chiffre d'affaires de Lemtrada® s'est établi à 105 millions d'euros, soit une baisse de 8,8% due à un recul des ventes aux États-Unis (-17,9%, à 47 millions d'euros) reflétant une concurrence accrue ainsi que le régime d'administration unique du médicament et la persistance de son efficacité thérapeutique. En Europe, le chiffre d'affaires de Lemtrada® a augmenté de 4,4%, à 47 millions d'euros.Franchise ImmunologieDupixent® (collaboration avec Regeneron) a été lancé en avril 2017 aux États-Unis dans le traitement de la dermatite atopique modérée à sévère chez l'adulte, en Allemagne en décembre 2017 et au premier trimestre 2018 aux Pays-Bas, au Canada et au Danemark. Le chiffre d'affaires de Dupixent® a atteint 107 millions d'euros au premier trimestre dont  95 millions d'euros générés aus Etats-Unis. La demande aux Etats-Unis est restée forte avec des prescriptions totales en augmentation de 25% par rapport au précédent trimestre (source : IQVIA weekly TRx data). L'évolution des ventes aux États-Unis a été impactée négativement par la réduction des stocks chez les grossistes ainsi que par une augmentation habituelle de la contribution aux programmes de soutien aux patients en début d'année (effet combiné d'environ 30 millions d'euros).Kevzara® (collaboration avec Regeneron) a été lancé dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde aux États-Unis en juin 2017, puis en Allemagne, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas au cours du second semestre 2017. Au premier trimestre, les ventes de Kevzara® ont atteint 10 millions d'euros, dont 8 millions d'euros générés aux Etats-Unis où le produit est remboursé pour plus de 80% des vies couvertes dans le secteur privé.Franchise Maladies hématologiques raresSanofi a annoncé la finalisation de l'acquisition de Bioverativ, qui a été consolidée à compter du 9 mars 2018. Les ventes consolidées de la franchise Maladies hématologiques rares totalisent 64 millions d'euros au premier trimestre et incluent des ventes hors Etats-Unis de 13 millions d'euros, principalement au Japon. Après la Colombie au premier trimestre de 2018, d'autres lancements dans les Marchés Emérgents devraient avoir lieu cette année.Les ventes consolidées d'Eloctate® (protéine de fusion recombinante composée du facteur VIII de coagulation humain lié au fragment Fc de l'IgG1, indiquée dans le traitement de l'hémophilie A) ont totalisé 43 millions d'euros. Sur une base pro forma, les ventes d'Eloctate® ont affiché une croissance de 27%(12) au premier trimestre.Les ventes consolidées d'Alprolix® (protéine de fusion recombinante composée du facteur IX de coagulation lié au fragment Fc de l'IgG1, indiquée dans le traitement de l'hémophilie B) ont totalisé 21 millions d'euros. Sur une base pro forma, les ventes d'Alprolix® ont affiché une croissance de 12%(12) au premier trimestre.Franchise OncologieAu premier trimestre, les ventes de la franchise Oncologie se sont établies à 358 millions d'euros, en recul de 5,6%. En ligne avec sa stratégie de recentrage du portefeuille, Sanofi a cédé Leukine® au 31 janvier 2018. Hors Leukine®, les ventes de la franchise Oncologie ont augmenté de 3,5% au premier trimestre.Au premier trimestre, le chiffre d'affaires de Jevtana® s'est élevé à 99 millions d'euros, soit une hausse de 10,3% portée par la performance enregistrée aux États-Unis (+17,5%, 41 millions d'euros). Au premier trimestre, les ventes de Thymoglobuline® et d'Eloxatine® ont été portées par la performance de la Chine, avec une augmentation respective de 8,3% (à 70 millions d'euros) et de 6,7% (à 44 millions d'euros). Au premier trimestre, les ventes de Zaltrap® ont atteint 22 millions d'euros, soit une hausse de 43,8% portée par la performance du Japon.(12) Taux de croissance des ventes entre le premier trimestre 2017 et le premier trimestre 2018, à taux de change constants. Données non auditées.Franchise DiabèteAu premier trimestre, le chiffre d'affaires global du Diabète s'est établi à 1 356 millions d'euros, soit un recul de 10,0% reflétant la baisse des ventes des insulines glargine (Lantus® et Toujeo®) aux États-Unis. Sur cette même période, le chiffre d'affaires du Diabète aux États-Unis a été de 534 millions d'euros, soit un recul de 26,6% reflétant l'évolution de la couverture du programme Part D et la baisse continue des prix nets moyens des insulines glargine aux États-Unis. Au premier trimestre, les ventes dans les Marchés Émergents ont progressé de 17,7%, à 392 millions d'euros. Les ventes en Europe sur la période ont reculé de 0,9%, à 323 millions d'euros, malgré la croissance des ventes de Toujeo®.Au premier trimestre, le chiffre d'affaires des insulines glargine (Lantus® et Toujeo®) a reculé de 13,5%, à 1 108 millions d'euros. Aux États-Unis, le chiffre d'affaires des insulines glargine s'est établi à 498 millions d'euros, soit un recul de 28,7% reflétant l'évolution déjà mentionnée de la couverture du programme Part D et la baisse continue des prix nets moyens des insulines glargine aux États-Unis. En Europe, le chiffre d'affaires des insulines glargine a atteint 248 millions d'euros, soit une progression de 1,2% portée par la solide performance de Toujeo®, malgré la concurrence d'un biosimilaire de Lantus® dans plusieurs pays.Au premier trimestre, les ventes de Lantus® ont reculé de 17,7%, à 911 millions d'euros. Aux États-Unis, le chiffre d'affaires de Lantus® s'est établi à 413 millions d'euros, soit un recul de 31,0% reflétant essentiellement la diminution du prix net moyen et l'évolution de la couverture du programme Part D. En Europe, le chiffre d'affaires de Lantus® s'est établi à 181 millions d'euros (-9,0%) en raison de la concurrence d'un biosimilaire de l'insuline glargine et du transfert de patients à Toujeo®. Dans les Marchés Émergents, le chiffre d'affaires de Lantus® a progressé de 8,6%, à 248 millions d'euros.Au premier trimestre, les ventes de Toujeo® ont progressé de 13,8%, à 197 millions d'euros. Aux États-Unis, les ventes de Toujeo® au premier trimestre 2018 ont totalisé 85 millions d'euros, soit un recul de 14,8% par rapport au premier trimestre 2017. En Europe et dans les Marchés Émergents, les ventes de Toujeo® ont atteint respectivement 67 millions d'euros (+45,7%) et 28 millions d'euros (contre 13 millions d'euros au premier trimestre 2017).Soliqua® 100/33 et Suliqua(TM) (insuline glargine 100 unités/ml & lixisénatide 33 mcg/ml injectable) ont été lancés respectivement aux États-Unis en janvier 2017 et dans certains pays européens en 2017. Les ventes de Soliqua® 100/33 / Suliqua(TM) ont totalisé 9 millions d'euros au premier trimestre 2018.Au premier trimestre, le chiffre d'affaires d'Amaryl® a progressé de 2,2%, à 83 millions d'euros, dont 72 millions d'euros générés dans les Marchés Émergents (+9,7%).Au premier trimestre, le chiffre d'affaires d'Apidra® a atteint 91 millions d'euros, soit une progression de 1,0%. La baisse des ventes aux États-Unis (-17,2%, à 21 millions d'euros) a été compensée par une forte croissance dans les Marchés Émergents (+29,2%, à 27 millions d'euros).Franchise CardiovasculaireAu premier trimestre, les ventes de Praluent® (collaboration avec Regeneron) ont augmenté de 55,9%, à 49 millions d'euros, dont 26 millions d'euros générés aux États-Unis et 19 millions d'euros en Europe, des chiffres reflétant toujours les restrictions significatives des payeurs aux États-Unis et l'accès limité au marché en Europe.En mars, Sanofi et Regeneron ont présenté les résultats positifs de l'essai ODYSSEY OUTCOMES. Ces résultats montrent que Praluent® permet une réduction significative du risque d'événements cardiovasculaires chez les patients à haut risque et que, pour la première fois, l'ajout d'un traitement hypolipémiant à des statines à la dose maximale tolérée est associé à une réduction de la mortalité toutes causes confondues(13). Sanofi et Regeneron ont également annoncé des mesures pour rendre Praluent® plus accessible et économiquement abordable aux patients à risque élevé présentant d'importants besoins non satisfaits.Au premier trimestre, les ventes de Multaq® se sont établies à 79 millions d'euros (-9,2%).Produits de prescription établisAu premier trimestre, le chiffre d'affaires des Produits de prescription établis a diminué de 6,4%, à 2 320 millions d'euros. Cette baisse des ventes reflète la concurrence des génériques de Renvela®/Renagel® (sevelamer) aux États-Unis, qui a plus que compensé la forte hausse des ventes dans les Marchés Émergents (+9,7%, à 993 millions d'euros).Les ventes de Lovenox® ont enregistré un recul de 0,7%, à 391 millions d'euros au premier trimestre, traduisant une concurrence accrue en Europe (-5,1%, à 244 millions d'euros), qui a compensé la croissance enregistrée dans les Marchés Émergents (+9,2%, à 115 millions d'euros). Des biosimilaires sont disponibles au Royaume-Uni, en Allemagne et en Italie.Au premier trimestre, le chiffre d'affaires de Plavix® a atteint 387 millions d'euros, soit une hausse de 8,9% soutenue par la solide performance des Marchés Émergents (+22,1%, à 297 millions d'euros) sous l'impulsion de la Chine. Au Japon, le chiffre d'affaires a été de 37 millions d'euros, soit une baisse de 37,5% reflétant la concurrence des génériques.Au premier trimestre, le chiffre d'affaires de Renvela®/Renagel® (sevelamer) a été de 101 millions d'euros, soit une baisse de 54,1% due à la concurrence des génériques aux États-Unis (-66,2%, à 61 millions d'euros).Au premier trimestre, le chiffre d'affaires d'Aprovel®/Avapro® s'est établi à 172 millions d'euros, soit un recul de 3,1% reflétant la baisse des ventes à notre partenaire au Japon, qui a compensé la forte performance de la Chine.GénériquesAu premier trimestre, le chiffre d'affaires des Génériques a atteint 435 millions d'euros, soit une progression de 0,9% reflétant la hausse des ventes dans les Marchés Émergents (+3,0%, à 179 millions d'euros) partiellement compensée par la baisse des ventes en Europe (-6,1%, à 184 millions d'euros). En avril, Advent International et Sanofi ont entamé des négociations exclusives en vue de l'acquisition, par Advent, de Zentiva, l'activité Génériques européenne de Sanofi, pour une valeur d'entreprise de 1,9 milliard d'euros. La transaction devrait être finalisée d'ici la fin de 2018, sous réserve de la finalisation des accords définitifs, de l'achèvement des processus sociaux appropriés et de l'approbation des autorités de régulation concernées.(13) HR = 0,85; IC : 0,73-0,98; valeur p nominale = 0,026Santé Grand PublicLes ventes des produits de Santé Grand Public par région et par catégorie sont consultables en Annexe 1.Au premier trimestre, le chiffre d'affaires de la Santé Grand Public s'est élevé à 1 238 millions d'euros, soit une hausse de 2,0% portée par les Marchés Émergents (+14,4%, à 409 millions d'euros), notamment l'Amérique latine.En Europe, le chiffre d'affaires de l'activité Santé Grand Public s'est établi à 382 millions d'euros, soit un recul de 5,0% dû à une base de comparaison élevée, à savoir un premier trimestre 2017 ayant bénéficié de pathologies hivernales précoces. Par conséquent, les ventes des catégories Allergie, toux et rhume et Douleur ont reculé de respectivement 4,7% et 5,0%.Aux États-Unis, les ventes des produits de Santé Grand Public ont atteint 287 millions d'euros, soit un recul de 4,9% comparativement au premier trimestre 2017. Cette baisse reflète la constitution de stocks en vue du lancement de Xyzal® Allergy 24HR aux Etats-Unis au premier trimestre 2017 ainsi que la concurrence des marques distributeurs notamment sur les pulvérisations intranasales contre les allergies.Dans les Marchés Émergents, le chiffre d'affaires de l'activité Santé Grand Public a atteint 409 millions d'euros au premier trimestre, soit une hausse de 14,4% portée par la performance solide des catégories Douleur (+30,4%) et Santé digestive (+23,7%) soutenues principalement par le Brésil et l'Argentine. VaccinsAu premier trimestre, le chiffre d'affaires des Vaccins a reflété l'effet attendu des contraintes d'approvisionnement de Pentaxim® en Chine et la baisse des ventes de Dengvaxia® (1 million d'euros contre 17 millions d'euros au premier trimestre 2017) consécutive à l'annonce de la mise à jour de sa notice en novembre 2017. Ainsi, au premier trimestre, le chiffre d'affaires des Vaccins enregistre une baisse de 0,9 %, à 711 millions d'euros, et de 18,4%, à 240 millions d'euros, dans les Marchés Émergents. Aux États-Unis, les ventes des Vaccins au premier trimestre ont augmenté de 4,2%, à 259 millions d'euros. En Europe, les ventes de Vaccins au premier trimestre ont atteint 137 millions d'euros, soit une hausse de 38,0% portée par les performances des franchises Polio/Coqueluche/Hib et Rappels adultes.Comme annoncé précédemment, les ventes des Vaccins sont attendues en baisse au premier semestre en raison de la poursuite des contraintes d'approvisionnement de Pentaxim® en Chine et d'une base de comparaison élevée pour Menactra® au deuxième trimestre.Au premier trimestre, les ventes des Vaccins Polio/Coqueluche/Hib (PPH) se sont établies à 380 millions d'euros, soit un recul de 4,6% sous l'effet des contraintes d'approvisionnement de Pentaxim® en Chine. Dans les Marchés Émergents, les ventes de la franchise PPH ont ainsi diminué de 17,6%, à 157 millions d'euros, malgré la bonne performance des combinaisons pédiatriques AcXim dans certains autres pays. En Europe, les ventes de la franchise PPH se sont établies à 71 millions d'euros, soit une hausse de 26,3% portée par le succès d'Hexyon®, vaccin pédiatrique prêt à l'emploi 6-en-1.Au premier trimestre, le chiffre d'affaires des Vaccins pour voyageurs et vaccins endémiques a progressé de 2,8%, à 102 millions d'euros.Au premier trimestre, les ventes de Vaccins Rappels adultes se sont élevées à 92 millions d'euros, soit une hausse de 26,6% soutenue par la performance en Europe (+117,6%, à 37 millions d'euros) grâce à la fin des limitations d'approvisionnement de Repevax®. Aux États-Unis, les ventes des Vaccins Rappels adultes ont augmenté de 4,4%, à 41 millions d'euros.Au premier trimestre, les ventes de Menactra® ont atteint 89 millions d'euros, soit une hausse de 13,3 %. Les ventes du vaccin aux États-Unis ont augmenté de 8,5%.Au premier trimestre, le chiffre d'affaires des Vaccins contre la grippe s'est établi à 29 millions d'euros (-15,8%) en raison d'un retard des livraisons pour la campagne dans l'hémisphère Sud.En avril, Sanofi a annoncé un investissement de 350 millions d'euros dans la construction d'une nouvelle unité de fabrication à Toronto. Cette nouvelle unité permettra à Sanofi Pasteur de répondre à la demande croissante de vaccins combinant cinq antigènes contre la coqueluche (5-acP). À son achèvement en 2021, le nouveau bâtiment sera également équipé pour produire les antigènes entrant dans la fabrication des vaccins contre la diphtérie et le tétanos. Chiffre d'affaires de Sanofi par zone géographique       (a) Monde hors États-Unis, Canada, Europe de l'Ouest et Europe de l'Est (sauf Eurasie), Japon, Corée du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande et Puerto Rico
(b) Inde, Bangladesh et Sri Lanka
(c)Russie, Ukraine, Géorgie, Biélorussie, Arménie et Turquie
(d) Europe de l'Ouest + Europe de l'Est (sauf Eurasie)
(e) Japon, Corée du Sud, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande et Puerto Rico
Au premier trimestre, le chiffre d'affaires a atteint 2 467 millions d'euros dans les Marchés Émergents, soit une hausse de 8,3% soutenue par les Produits de prescription établis (+9,7%), le Diabète (+17,7%), la Santé Grand Public (+14,4%) et les Maladies rares (+20,8%). En Asie, le chiffre d'affaires du premier trimestre s'est élevé à 1 milliard d'euros, soit une progression de 9,3% reflétant la solide performance de la Chine (+13,6%, à 641 millions d'euros) malgré les contraintes locales d'approvisionnement de Pentaxim®. En Amérique latine, le chiffre d'affaires du premier trimestre a atteint 650 millions d'euros, soit une hausse de 13,6% portée par les performances du Brésil (+12,2%, à 301 millions d'euros), de l'Argentine et du Mexique. Les performances des franchises Santé Grand Public et Vaccins ont été particulièrement fortes en Amérique latine au premier trimestre avec une hausse respective des ventes de 31,3% et 22,5%. En Afrique et au Moyen-Orient, le chiffre d'affaires du premier trimestre a été de 491 millions d'euros, soit un recul de 0,7% et une hausse de 4,0% en excluant les ventes de Maphar au Maroc (conformémement à sa stratégie de simplification de la société, Sanofi a cédé sa participation majoritaire dans Maphar à la fin du deuxième trimestre 2017, dont les ventes ne sont, par conséquent, plus consolidées). Dans la région Eurasie, le chiffre d'affaires du premier trimestre s'est élevé à 290 millions d'euros, soit une progression de 11,0% soutenue par une forte croissance en Turquie. En Russie, le chiffre d'affaires du premier trimestre a progressé de 4,7%, à 139 millions d'euros.En Europe, le chiffre d'affaires du premier trimestre a atteint 2 416 millions, soit une progression de 0,5% essentiellement soutenue par les Vaccins (+38,0%) et les Maladies rares (+7,4%), qui ont compensé la baisse des ventes des Produits de prescription établis (-4,3%) et de la Santé Grand Public (-5,0%).Au Japon, le chiffre d'affaires du premier trimestre a été de 445 millions, soit un recul de 7,6% sous l'effet de la concurrence des génériques de Plavix® et de la baisse des ventes d'Aprovel® et d'Allegra®.Recherche et Développement : Mise à jourMise à jour règlementaireDepuis le 7 février 2018, les évolutions au niveau réglementaire ont été les suivantes :En mars, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a accepté d'examiner la demande d'autorisation de mise sur le marché du cemiplimab (collaboration avec Regeneron) dans le traitement du carcinome épidermoïde cutané (CEC) métastatique ou localement avancé chez des patients non candidats à une chirurgie.En mars, l'EMA a accepté d'examiner une demande d'autorisation de mise sur le marché de Dupixent® comme traitement d'entretien complémentaire de l'asthme modéré à sévère inadéquatement contrôlé, chez certaines catégories d'adultes et d'adolescents. La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a également accepté d'examiner une demande supplémentaire d'homologation de produit biologique pour Dupixent® en tant que traitement d'entretien complémentaire de l'asthme modéré à sévère chez certaines catégories d'adultes et d'adolescents. Conformément à la Prescription Drug User Fee Act, la FDA rendra sa décision le 20 octobre 2018.En mars, l'EMA a accepté d'examiner la demande d'autorisation de mise sur le marché de la sotagliflozin (développée en partenariat avec Lexicon) dans le traitement du diabète de type 1 chez l'adulte. Une demande d'homologation de la sotagliflozin a également été déposée aux États-Unis dans le traitement du diabète de type 1.Fin avril 2018, le portefeuille de R&D comportait 74 projets, dont 37 nouvelles entités moléculaires ; 28 projets sont en phase 3 ou ont fait l'objet de demandes d'autorisation de mise sur le marché auprès des autorités réglementaires.Mise à jour du portefeuillePhase 3 :Le programme ATLAS de phase 3 évaluant fitusiran a repris. Le premier patient de l'étude ATLAS-INH évaluant le bénéfice du fitusiran chez des patients adultes et adolescents atteints d'hémophilie A ou B avec inhibiteurs, a démarré son traitement.En mars, les résultats de l'essai ODYSSEY OUTCOMES ont été présentés dans le cadre d'une session de dernière minute à l'American College of Cardiology. Cet essai a atteint son critère d'évaluation principal, à savoir que Praluent® (collaboration avec Regeneron) a permis une réduction significative du risque d'événements cardiovasculaires majeurs chez les patients ayant présenté récemment un événement coronarien aigu. Praluent® a également été associé à une réduction du risque global de décès ou de la « mortalité toutes causes confondues »(1) ainsi qu'à un moins grand nombre de décès par maladie coronarienne(2). D'après les résultats d'une analyse préspécifiée, Praluent® a eu un effet plus prononcé sur les patients dont le taux initial de cholestérol LDL (LDL-C) était supérieur ou égal à 100 mg/dl, ce qui s'est traduit par une réduction de 24% de leur risque d'événement cardiovasculaire majeur(3). L'analyse post-hoc des données de ce groupe de patient a fait ressortir une réduction de 29% du risque de mortalité toutes causes confondues(4).
(1) HR = 0,85 ; IC : 0,73-0,98 ; valeur p nominale = 0,026 ; (2) HR = 0,92; IC : 0,76-1,11 ; p = 0,38 ; (3) HR = 0,76; IC : 0,65-0,87 ; (4) HR = 0,71 ; IC : 0,56-0,90
BIVV009, en phase 3 de développement, est entré dans le portefeuille de Sanofi via l'acquisition de Bioverativ. BIVV009 est évaluée dans la maladie des agglutinines froides, trouble hématologique rare. Le premier patient de l'étude a démarré son traitement.Phase 2 :Les résultats de l'étude de preuve de concept de phase 2, évaluant le double agoniste (SAR425899) chez des patients diabétiques de type 2 en surpoids et obèses ont confirmé que le SAR425899 est un agent hypoglycémique efficace et peut induire une perte de poids significative. Cependant, la tolérabilité gastro-intestinale observée en augmentant les doses utilisées dans l'étude n'est pas considérée comme acceptable pour une utilisation clinique. Une étude supplémentaire a été lancée au cours du premier trimestre pour explorer d'autres schémas de titration afin de faciliter la tolérance et l'adhérence du produit. Les résultats de cette étude sont attendus en 2018.SAR440340 (collaboration avec Regeneron), anticorps monoclonal anti-IL33, est entré en phase 2 dans le traitement de l'asthme.Alliances/CollaborationEn mars, Evotec et Sanofi ont entamé des négociations exclusives concernant l'accélération de la R&D d'Evotec dans le domaine des maladies infectieuses via la création d'une plateforme d'innovation à proximité de Lyon.Résultats financiers du premier trimestre 2018(14)Résultat net des activités(14)Au premier trimestre 2018, Sanofi a enregistré un chiffre d'affaires de 7 898 millions d'euros, en recul de 8,7% (-0,4% à TCC).Au premier trimestre, les autres revenus ont reculé de 8,4% (+4,4% à TCC), à 228 millions d'euros dont 169 millions d'euros (+12,7% à TCC) de ventes de produits non-Sanofi distribués par VaxServe.La marge brute au premier trimestre a diminué de 9,6%, à 5 611 millions d'euros (-0,8% à TCC). Le ratio de marge brute a atteint 71,0% (71,5% à TCC) contre 71,7% au premier trimestre 2017. L'effet positif du mix produit lié à la Médecine de Spécialités a été plus que compensé par la baisse des prix nets du Diabète aux États-Unis, les restrictions de l'approvisionnement de Pentaxim® en Chine, la concurrence des génériques de sevelamer ainsi que les effets de change. Au premier trimestre, le ratio de marge brute des segments a été de 74,3% pour l'activité pharmaceutique (baisse de 0,7 point de pourcentage), de 67,8% pour le CHC (baisse de 0,2 point de pourcentage) et de 57,1% pour les vaccins (baisse de 1,4 point de pourcentage). Sanofi prévoit que son ratio de marge brute sera compris entre 70% et 71% à TCC en 2018.Les dépenses de Recherche et Développement (R&D) ont diminué de 2,2%, à 1 280 millions d'euros. À TCC, les dépenses de R&D ont progressé de 4,5%, reflétant principalement les dépenses dans les programmes en immuno-oncologie et des investissements médicaux liés à la franchise immunologie qui ont été partiellement compensés par la fin de la collaboration de recherche avec Regeneron sur les anticorps monoclonaux.Au premier trimestre, les frais commerciaux et généraux ont diminué de 6,9%, à 2 310 millions d'euros. À TCC, les frais commerciaux et généraux ont affiché une augmentation de 1,0% reflétant les investissements en immunologie, des dépenses supplémentaires en Chine et la consolidation des dépenses opérationnelles de Bioverativ depuis le 9 mars, qui ont été atténués par la baisse des dépenses liées au Diabète aux États-Unis. Au premier trimestre, les frais généraux ont diminué sous l'effet des mesures de contrôle des coûts. Au premier trimestre 2018, le ratio des frais commerciaux et généraux sur le chiffre d'affaires a été de 29,2%, soit une augmentation de 0,5 point de pourcentage par rapport au premier trimestre 2017.Au premier trimestre 2018, les autres produits d'exploitation nets de charges ont représenté -31 millions d'euros contre 34 millions d'euros au premier trimestre 2017 et inclut le partage des profits de l'Alliance avec Regeneron sur les anticorps monoclonaux. Au premier trimestre 2018, ils intègrent également les frais d'acquisition de Bioverativ.Au premier trimestre 2018, la contribution des sociétés mises en équivalence a été de 74 millions d'euros contre 24 millions d'euros au premier trimestre 2017 et reflète notamment la progression de la quote-part de résultat liée à la participation dans Regeneron.Au premier trimestre 2018, la part attribuable aux intérêts non contrôlants a été de -30 millions d'euros contre
-35 millions d'euros au premier trimestre 2017.
Au premier trimestre, le résultat opérationnel des activités a reculé de 16,5%, à 2 034 millions d'euros. À TCC, le résultat opérationnel des activités a diminué de 6,5%. Le ratio du résultat opérationnel des activités sur le chiffre d'affaires a été de 25,8%, soit un recul de 2,4 points de pourcentage par rapport au premier trimestre 2017. Au premier trimestre 2018, le ratio du résultat opérationnel des segments a été de 37,5% pour l'activité pharmaceutique (en baisse de 1,5 point de pourcentage), de 34,2% pour l'activité Santé Grand Public (en baisse de 1,2 point de pourcentage) et de 18,0% pour les vaccins (en baisse de 2,8 points de pourcentage).Au premier trimestre 2018, les charges financières nettes de produits correspondent à un produit de 2 millions d'euros contre une charge de 63 millions d'euros au premier trimestre 2017. Au premier trimestre 2018, elles intégrent un gain de 76 millions d'euros relatif à la participation dans Impact Biomedicines qui a été acquis par Celgene.Au premier trimestre 2018, le taux d'imposition effectif a été de 22,0% contre 24,5% au premier trimestre 2017, reflétant l'effet favorable net de la réforme fiscale américaine et de la réduction des taux d'imposition dans différents pays.Au premier trimestre, le résultat net des activités(14) s'est établi à 1 598 millions d'euros, soit une baisse de 10,7% et une hausse de 0,4% à TCC. Le ratio du résultat net des activités sur le chiffre d'affaires a été de 20,2%, soit un recul de 0,5 point de pourcentage par rapport à la même période de 2017.

(14) Voir l
'Annexe 3 pour le compte de résultats consolidés du premier trimestre 2018 ; voir l'Annexe 8 pour les définitions des indicateurs financiers et l'Annexe 4 pour le passage du résultat net IFRS publié au résultat net des activités.
Passage du résultat net IFRS publié au résultat net des activités (voir Annexe 4)Au premier trimestre 2018, le résultat net IFRS a été de 1 016 millions d'euros. Les principaux éléments exclus du résultat net des activités sont :Une charge d'amortissement des immobilisations incorporelles de 458 millions d'euros, liée d'une part à la mise à leur juste valeur lors de l'acquisition de sociétés (principalement Aventis, pour un montant de 73 millions d'euros, Genzyme pour un montant de 194 millions d'euros, l'activité Santé Grand Public de Boehringer Ingelheim pour 60 millions d'euros et Bioverativ pour un montant de 37 millions d'euros) et d'autre part liée aux immobilisations incorporelles acquises (licences/produits, pour un montant de 33 millions d'euros). Ces éléments n'ont pas d'impact sur la trésorerie de Sanofi.
 
Une charge de 56 millions d'euros reflétant principalement une augmentation des paiements éventuels dus à Bayer relatifs à Lemtrada® (une charge de 14 millions d'euros) et une augmentation de la juste valeur des compléments de prix liée à la dissolution de la joint-venture Sanofi Pasteur MSD (une charge de 33 millions d'euros).
 
191 millions d'euros de coûts de restructuration et assimilés principalement liés aux initiatives de simplification aux Etats-Unis et au Japon.
 
185 millions d'euros d'impact fiscal lié aux éléments susmentionnés, dont principalement 122 millions d'euros d'impôts différés liés à la charge d'amortissement et de dépréciation des immobilisations incorporelles, 52 millions d'euros liés aux coûts de restructuration et assimilés. (voir Annexe 4).
 
66 millions d'euros d'impact fiscal principalement lié à la réforme fiscale américaine.
 
Au niveau de la contribution des sociétés mises en équivalence, un revenu de 44 millions d'euros après impôt lié aux coûts de restructuration des sociétés mises en équivalence et des joint-ventures et des charges associées à l'impact des acquisitions sur les sociétés mises en équivalence et les joint-ventures.Allocation du capitalAu premier trimestre 2018, Sanofi a généré un cash-flow opérationnel de 915 millions d'euros après prise en compte des acquisitions d'immobilisations corporelles de 332 millions d'euros et d'une augmentation du besoin en fonds de roulement de 445 millions d'euros. Ce cash-flow opérationnel a permis de financer les coûts de restructuration et assimilés (170 millions d'euros) ainsi que les rachats d'actions (603 millions d'euros). Sur la période, les acquisitions et partenariats nets des cessions ont atteint 8 888 millions d'euros (incluant l'aquisition de Bioverativ pour 8 979 millions d'euros). Ainsi, la dette nette a augmenté, passant de 5 229 millions d'euros à fin décembre 2017 à 14 142 millions d'euros au 31 mars 2018 (montant net de 12 799 millions d'euros de trésorerie et équivalents de trésorerie).
             
(14) Voir l'Annexe 3 pour le compte de résultats consolidés du premier trimestre 2018 ; voir l'Annexe 8 pour les définitions des indicateurs financiers et l'Annexe 4 pour le passage du résultat net IFRS publié au résultat net des activités.
Déclarations prospectivesCe communiqué contient des déclarations prospectives. Ces déclarations ne constituent pas des faits historiques. Ces déclarations comprennent des projections et des estimations ainsi que les hypothèses sur lesquelles celles-ci reposent, des déclarations portant sur des projets, des objectifs, des intentions et des attentes concernant des résultats financiers, des événements, des opérations, des services futurs, le développement de produits et leur potentiel ou les performances futures. Ces déclarations prospectives peuvent souvent être identifiées par les mots « s'attendre à », « anticiper », « croire », « avoir l'intention de », « estimer » ou « planifier », ainsi que par d'autres termes similaires. Bien que la direction de Sanofi estime que ces déclarations prospectives sont raisonnables, les investisseurs sont alertés sur le fait que ces déclarations prospectives sont soumises à de nombreux risques et incertitudes, difficilement prévisibles et généralement en dehors du contrôle de Sanofi, qui peuvent impliquer que les résultats et événements effectifs réalisés diffèrent significativement de ceux qui sont exprimés, induits ou prévus dans les informations et déclarations prospectives. Ces risques et incertitudes comprennent notamment les incertitudes inhérentes à la recherche et développement, les futures données cliniques et analyses, y compris postérieures à la mise sur le marché, les décisions des autorités réglementaires, telles que la FDA ou l'EMA, d'approbation ou non, et à quelle date, de la demande de dépôt d'un médicament, d'un procédé ou d'un produit biologique pour l'un de ces produits candidats, ainsi que leurs décisions relatives à l'étiquetage et d'autres facteurs qui peuvent affecter la disponibilité ou le potentiel commercial de ces produits candidats, l'absence de garantie que les produits candidats s'ils sont approuvés seront un succès commercial, l'approbation future et le succès commercial d'alternatives thérapeutiques, la capacité de Sanofi à saisir des opportunités de croissance externe et/ou à obtenir les autorisations réglementaires, les risques associés à la propriété intellectuelle et les litiges en cours ou futurs y relatifs ainsi que leur issue, l'évolution des cours de change et des taux d'intérêt, l'instabilité des conditions économiques, l'impact des initiatives de maîtrise des coûts et leur évolution, le nombre moyens d'actions en circulation ainsi que ceux qui sont développés ou identifiés dans les documents publics déposés par Sanofi auprès de l'AMF et de la SEC, y compris ceux énumérés dans les rubriques « Facteurs de risque » et « Déclarations prospectives » du document de référence 2017 de Sanofi, qui a été déposé auprès de l'AMF ainsi que dans les rubriques « Risk Factors » et « Cautionary Statement Concerning ForwardLooking Statements » du rapport annuel 2017 sur Form 20-F de Sanofi, qui a été déposé auprès de la SEC. Sanofi ne prend aucun engagement de mettre à jour les informations et déclarations prospectives sous réserve de la réglementation applicable notamment les articles 223-1 et suivants du règlement général de l'Autorité des marchés financiers.AnnexesListe des annexesAppendix 1: Chiffre d'affaires du premier trimestre 2018 par entité opérationnelle mondiale, franchise, région et produitAnnexe 2 : Résultat net des activités
Annexe 3 : Compte de résultats consolidés
Annexe 4 : Passage du résultat net consolidé – Part attribuable aux actionnaires de Sanofi au résultat net des activités      
(1) Y compris les impacts de la nouvelle norme IFRS 15 sur la reconnaissance des revenus applicable à partir du 1er janvier 2018.
(2) Dont charge d'amortissement liée à l'impact de la comptabilisation des regroupements d'entreprises: 425 millions d'euros au premier trimestre 2018 et 466 millions d'euros au premier trimestre 2017.
(3) En 2018, coûts liés au désinvestissement de l'activité générique en Europe.
(4) En 2018, cette ligne comprend principalement l'impact de la réforme fiscale aux États-Unis.
(5) En 2017, le gain réalisé sur la cession de l'activité Santé Animale est présenté séparement en application de la norme IFRS 5, Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées.
(6) Calculé sur un nombre moyen d'actions en circulation de 1 248,2 millions au premier trimestre 2018 et 1 262,4 millions au premier trimestre 2017.
Annexe 5 : Sensibilité aux devisesSensibilité aux devises du BNPA des activités 2018Chiffre d'affaires du T1 2018 : Exposition aux devisesTaux de change moyensAnnexe 6 : Portefeuille R&DO : Produits pour lesquels Sanofi a des droits d'option mais ne les a pas encore exercés
R : Etude d'enregistrement (autre que Phase 3)

Nouvelles entités moléculaires(*)
Indications Supplémentaires(*)
Agenda des soumissions attendues(1)

Mouvements de portefeuille depuis le T4 2017

Annexe 7 : Etapes de R&D attenduesAnnexe 8 : Définitions des indicateurs financiers non-GAAPSanofi« Sanofi » correspond à Sanofi et ses filialesChiffre d'affaires de Sanofi à taux de change constants (TCC)Lorsqu'il est fait référence aux variations du chiffre d'affaires à taux de change constants, cela signifie que l'impact des variations de taux de change a été exclu.L'impact des taux de change est éliminé en recalculant les ventes de l'exercice considéré sur la base des taux de change utilisés pour l'exercice précédent.Tableau de passage du chiffre d'affaires publié de Sanofi au chiffre d'affaires à taux de change constants au premier trimestre 2018Résultat net des activitésSanofi publie un important indicateur non-GAAP, le « Résultat net des activités ».
Le Résultat net des activités correspond au Résultat net consolidé – Part attribuable aux actionnaires de Sanofi
avant :
amortissement des incorporels,dépréciation des incorporels,ajustement de la juste valeur des compléments de prix liés à des regroupements d'entreprises ou à des cessions,autres impacts résultant des conséquences des acquisitions (y compris les impacts concernant les sociétés mises en équivalence),coûts de restructuration et assimilés(1),autres gains et pertes (y compris plus ou moins-values de cessions majeures d'immobilisations(1)),coûts ou provisions sur litiges(1),effets fiscaux sur les éléments ci-dessus ainsi que les impacts des litiges fiscaux majeurs,la part attribuable aux Intérêts Non Contrôlants sur les éléments ci-dessus.(1) Présentés sur les lignes du compte de résultat consolidé Coûts de restructuration et assimilés et Autres gains et pertes, litiges (voir note B.20. aux états financiers consolidés)Pièce jointeT1 2018 Resultats.pdf

The following two tabs change content below.
Jasmine Petters

Jasmine Petters

Jasmine hails from the city of Nizams, Hyderabad, and is currently pursuing her M.D. from there only. She is an internet wizard and has keen passion in All Things tech. She is a regular Comment contributor for The Daily Telescope and writes a Web column, in which she covers war, sports, and everything in between.
%d bloggers like this: